Tous les matins quand je descends à 7h30, je croise les ouvriers qui bossent à côté.

Et tous les soirs aussi, à la pause clope.

Ce moment gênant où ils te regardent arriver et se taisent quand tu passes à leur niveau.

 

Ce soir là ils étaient au rendez-vous.

 

 

rgnb

 

 

tny

nfg

 

 

 

 

fbfd

 

 

EHZE

 

 

qdfZ

 

 

qs

 

 

 

qfq

 

 

 

 

 

"Faire semblant d'essayer" de me chatouiller l'entre-jambe, c'est vrai que c'est super drôle. Tu veux pas aussi foutre tes doigts dans ma gorge, que je vomisse plus vite ?

A qui tu veux te plaindre de ce genre d'agression (si si, c'en est une) ?

Pas de contact, pas de témoins, à part ses potent aussi chauds que la bouilloire pour ton thé de 16h. 

C'est tout bonnement de l'humiliation.

Ce genre de sexisme parfaitement sournois est manié par les cons qui savent rabaisser sans en donner l'impression.

Bah oui rappelle toi, C'EST POUR RIGOLER !

 

 

Alors avis à tous les blaireaux de ce genre, un jour mon père m'a dit :

"oui mais tu peux pas leur en vouloir, ils savent pas comment on se comporte dans le monde des gens civilisés, ils sont cons, mais ils ont jamais appris et ils sauront jamais..."

D'accord, je veux bien être sympa, essayer de vous souffler les réponses quand vous agissez mal, vous tendre les bonnes perches pour vous sortir de la merde. Mais faudrait voir à pas pousser non plus. 

Grâce à vous, dès que je passe la porte de l'immeuble, j'adopte ce que j'appelle ma tête de pitbull. Je deviens mauvaise, vulgaire, aigrie, alors que merde, je suis la première à aider les petits vieux avant qu'ils me demandent quoi que ce soit !

Tous les jours c'est la même chose, si c'est pas les ouvriers c'est les serveurs qui prennent leurs poses devant la porte.

Les gars, je peux rentrer tranquille ? Y a des droits de douane ? Distribution de burqa ?

 

 

Je guette la gastro, dès que je la chope je vous tousse dessus.